Wellbeing

Comment (et pourquoi) s’initier à la méditation ?

by Mean Green Sarah / 1 mois ago
Méditation

Alors que tout le monde est passé en full mode Noël, la seule chose à laquelle je pense, c’est la nouvelle année. Attention, pas de méprise, j’adore Noël, l’ambiance qui règne à cette période de l’année, et surtout, le temps passé avec mes proches. Mais pour moi, une nouvelle année a toujours un excitant goût de nouveau départ. Même si concrètement, peu de choses changent réellement entre le 31 décembre et le 1er janvier. Il n’empêche. C’est un état d’esprit qui a un goût de « possibles » pour moi. Comme un cahier vierge qu’on ouvre pour la première fois. Et je ne sais pas ce qu’il en est pour toi, mais moi, j’ai envie que ce cahier soit le plus beau et propre le plus longtemps possible. C’est là qu’entrent généralement en jeu les résolutions. Et s’il en est une dont j’ai envie de parler, c’est de la méditation.

Méditation

Bien sûr, il ne faut pas prendre à la lettre ici le terme « résolution ». On sait tous que celles prises au 1er janvier passent rarement le cap du mois de février, et c’est encore généreux. J’envisage plutôt ça ici comme une bonne pratique à mettre en place sans pour autant avoir à changer radicalement sa vie.

Alors, pourquoi se mettre à la méditation ? Comme j’en parlais déjà brièvement dans cet article, la méditation apporte de nombreux bienfaits au corps et à l’esprit. Mais pour ma part, la raison pour laquelle j’ai eu envie d’essayer, était principalement pour calmer, ou maitriser tout du moins, mes émotions, en particulier mes sautes d’humeur. Je ne suis pas vraiment quelqu’un d’excessif mais, bien que je déteste l’admettre, je peux avoir tendance à passer de la joie intense à une grande irritation ou tristesse en quelques secondes. Bien souvent, c’est dû à un fait extérieur, une information ou une action d’une personne. Et bien que la plupart du temps je sois convaincue que ce n’est donc pas de mon fait, il n’empêche que la seule personne sur qui j’ai le pouvoir de faire changer le comportement ou l’était d’esprit, c’est moi-même. Oui, parce que le gros c*n qui vient de me couper la route est déjà parti depuis longtemps, ça ne changera pas sa vie que je rumine ou l’insulte dans ma voiture. Par contre, moi, m’énerver comme je peux le faire peut me pourrir l’humeur pendant un bon moment !

Je crois que si je ne devais retenir qu’une seule chose de ce que j’ai appris à travers mes lectures cette année, c’est qu’il ne sert à rien de vouloir changer les autres. Ceux qui nous agacent, ceux qui nous stressent, ceux qui ne font pas ce que l’on voudrait ou comme on le voudrait. La seule personne que l’on peut changer, c’est nous-même. Alors quelles que soient les raisons qui nous poussent à vouloir essayer, la méditation permet d’avoir une action directe sur notre corps et notre esprit.

Méditation

La méditation est une pratique qui consiste à développer son attention au moment présent, à se reconnecter avec soi-même pour atteindre la plénitude. Il existe de nombreuses formes différentes (vipassana, kundalini, transcendantale, zen…) mais celle qui se démocratise de plus en plus en France en ce moment et à laquelle je me suis intéressé, c’est la « Pleine Conscience ». Alors, je sais bien que quand on parle de méditation, on peut avoir tendance à imaginer un moine assis en tailleur ou une nouvelle activité pour « bobo » un peu perché. Sauf  qu’en fait, c’est quelque chose que l’on a tous déjà fait. Quand gamin(e), tu passais des heures à colorier sans voir le temps filer. Ou quand tu t’entraînes à la guitare ou à la batterie jusqu’à ce que tes voisins tambourinent à ta porte. Quand tu t’entraines à ton sport préféré et que tu es plus focus que jamais sur chacun de tes mouvements. Tout ça, c’est de la pleine conscience. Ce moment où tu es tellement concentré sur ton activité que tu n’es plus conscient de quoi que soit d’autre. C’est cela que l’on cherche à atteindre dans la méditation. La différence, et la difficulté, quand tu essayes consciemment de rentrer dans cet état, c’est que ton esprit va généralement partir en véritable feu d’artifice. Mais il existe quelques astuces pour qui peuvent aider et avec le temps et la pratique, cela deviendra bien plus facile.

Méditation Mean Green Girl

Méditation

Tu peux commencer par te créer un rituel : choisis une pièce calme et que tu aimes et essaye de pratiquer tous les jours à la même heure. Cela permettra à ton esprit d’intégrer la pratique comme une routine, au même titre que ton brossage de dents, et de t’installer pour méditer de manière automatique. Si tu le souhaites, dédie un coin de la pièce et installes-y ton tapis, ton coussin de médiation, ta chaise selon tes préférences, allume une bougie, de l’encens si tu aimes ça, un diffuseur d’huiles essentielles et mets de la musique calme (il en existe des tas sur Youtube ou Spotify). Le plus important est que tu te sentes bien et que tu aies envie de pratiquer. Rien de ceci n’est obligatoire pour pratiquer la méditation. En revanche, cela permet de focaliser ton attention et d’être conscient de tes sens : l’odeur des huiles essentielles, le bruit du vent ou de l’eau dans la musique, la flamme de la bougie qui vacille…

Choisis ensuite une position qui te convient. Assis en tailleur, allongé au sol, assis sur une chaise, peu importe du moment que tu es à l’aise. Il est important que ton dos soit droit sans pour autant crisper ta nuque et que tu sois dans une position que tu puisses tenir confortablement. Les mains posées sur les cuisses ou genoux si tu es assis(e), le long de ton corps si tu es allongé(e), tu peux choisir de garder les yeux mi-clos ou de les fermer complètement. Il peut être moins distrayant de les fermer, mais encore une fois, la pratique sera différente pour chacun. Et là, c’est parti !

L’objectif de la méditation est de porter ton attention sur un « objet » spécifique pendant plusieurs minutes et de ramener ton esprit à celui-ci quand tu remarques que tes pensées s’en échappent. Et elles le feront, c’est certain ! Mais ce n’est pas grave, il suffit de noter, sans te juger, que ton attention a dérivé et de revenir à ton objet de concentration. Tu peux porter ton attention à ta respiration, à sentir l’air entrer et sortir par tes narines, à sentir ton ventre (de préférence) et tes poumons se gonfler et dégonfler. Tu peux te concentrer sur la sensation de tes membres en contact avec le sol, avec la chaise ou les sensations ressenties dans ton corps, en faisant un « scan » de ta tête à tes pieds. Il est possible également de focaliser ton attention sur un mot ou expression que tu répètera dans ta tête (ici et maintenant, sérénité, calme…) ou sur une image mentale (le va-et-vient de vagues, la verdure d’une forêt…). Il n’y a pas de recette miracle, chacun pratique de manière différente, à toi d’expérimenter pour trouver ce qui te convient. Au début, tu commenceras par 3mn d’attention, puis 5 puis 10 avec la pratique.

Méditation

Les bienfaits attribués à la méditation sont nombreux, même pratiquée à petite dose (10mn par jour). En travaillant à fixer son attention sur un objet spécifique, on travaille les capacités neuronales de notre cerveau, ce qui améliore grandement notre capacité de concentration et de minutie. Plusieurs études ont également prouvé que travailler la pleine conscience améliorait les capacités d’apprentissage, de la mémoire et la régulation émotionnelle. Celle-là même qui me permettra de ne pas laisser la colère s’emparer de moi à la prochaine queue-de-poisson ! On apprend ainsi à mieux maitriser ses émotions, que ce soit le stress, qui peut réduire de 30 à 40% en quelques semaines, l’anxiété, la colère, la tristesse… On atteint ainsi progressivement un bien meilleur niveau de bien-être dans son quotidien.

Evidemment, tous ces bienfaits ne seront probablement pas ressenti dès la fin de la première séance ! Il te faudra persévérer et être patient pour bientôt constater un réel changement dans ta vie.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

You Might Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*
*